Dhomino "bâtiments bas carbone" - ordres de grandeur ACV

La diminution des émissions de gaz à effets de serre est aujourd'hui nécessaire et doit être coordonnée pour intégrer progressivement tous les secteurs économiques. Ses modalités font actuellement l'actualité avec des tentatives répétées pour coordonner la lutte contre le réchauffement climatique au niveau international.

Il est utile de rappeler succinctement quelques ordres de grandeur des phases construction / usages / recyclage du secteur du bâtiment qui pèse pour un quart des émissions de CO2 à l'échelle nationale. Le sous-groupe thématique « Bâtiments bas carbone » du Plan Bâtiment Durable vient d'émettre une note thématique intitulée « Vers des bâtiments bas carbone », qui a le mérite en quelques lignes de rappeler en quelques lignes les ordres de grandeur des émissions de CO2 pour le secteur du bâtiment; extraits :

"Le projet HQE performance2 a permis d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre de plus de 200 bâtiments neufs. Ces émissions représentent pour les matériaux et produits de construction et le chantier de l’ordre de 550 kg d’eqCO23 par m2 pour un immeuble de logement collectif.
Les valeurs sont 20% plus faibles pour la maison individuelle et 20% plus fortes pour les immeubles de bureau. Au sein d’une catégorie de bâtiments on constate des variations de +- 20% de ce chiffre suivant les caractéristiques du bâtiment. [...]"

"Les usages réglementaires
L’acheteur ou le locataire d’un bâtiment est informé sur les émissions de gaz à effet de serre via le diagnostic de performance énergétique (DPE) et son étiquette CO2. Celle-ci montre que les émissions liées aux usages immobiliers (chauffage, eau chaude, refroidissement, éclairage, auxiliaires) varient entre moins de 5 kg eqCO2/m2.an pour les bâtiments les plus performants utilisant les énergies les moins carbonées et plus de 145 kg eqCO2/m2.an pour certains bâtiments tertiaires très émetteurs.

Les équipements amenés par les utilisateurs
Les émissions de gaz à effet de serre liées aux consommations mobilières d’électricité pour l’informatique, l’audiovisuel, l’électroménager sont en moyenne dans un logement de l’ordre de 2 kg eqCO2/m2.an. Dans le tertiaire l’impact serait plutôt de l’ordre de 3 kg eqCO2/m2.an avec des variations très fortes suivant l’usage."

 

En synthèse, la note donne pour un immeuble de logement collectif à la norme RT 2012 :

Une émission moyenne de 10 kg CO2 / m² / an  - pour les usages exploitation et équipements individuels

une émission moyenne de 512 kg CO2 /m² - pour la construction du bâtiment, soit l'équivalent d'environ 50 années d'usage par l'habitant (chauffage, ventilation, ECS, éclairage, équipement électroménagers et électriques).

 

La construction bois diminue très sensiblement l'impact carbone des batiments au cours des phases construction / recyclage. Une analyse en cycle de vie ACV réalisée sur les modules Dhomino en partenariat avec l'écolde des mines de St Etienne montre que pour les phases de construction, entretien et recyclage, les émissions de gaz à effet de serre (ramenées en kg équivalent CO2, indicateur GWP 100) sont augmentées de 59% pour la fabrication d'une chambre de résidence universitaire en construction traditionnelle par rapport à une chambre construite en modules bois Dhomino.

Dans les deux cas, chambre traditionnelle et module bois, la simulation prend en compte des chambres satisfaisant à la RT 2012 et nous avons considéré des consommation d'usage identiques au cours de l'exploitation du bâtiment.

Ramenée aux ordres de grandeur de la note précédente :

La réalisation d'un bâtiment en modules Dhomino permet une réduction des émissions de gaz à effet de serre (en kg CO2/m²) de 37 % pâr rapport à une construction traditionnelle pour les phases construction / entretien / recyclage.

La réalisation d'un bâtiment Dhomino réduit en moyenne de 17 % les émissions de GES en kg équivalent CO2 pour les phases de construction / entretien / usage pour une durée de 50 ans / recyclage.

 

L'utilisation du bois en construction contribue largement à la lutte contre les changements climatiques en réduisant les gaz à effet de serre, notamment le CO2, par le piégeage du carbone. Par le processus de la photosynthèse, les arbres en croissance absorbent le CO2 de l'atmosphère, séquestrent le carbone (C) dans le bois et libèrent l'oxygène (O2) dans l'air. Le bois est un composé chimique complexe dont environ la moitié de son poids sec (anhydre) est constitué d'atomes de carbone. Ce carbone reste dans le bois même après que l'arbre soit récolté. Ainsi, l'utilisation de 1 m3 de bois de construction permet de retirer de l'atmosphère 0,9 tonne de CO2.

Un module Dhomino représente un volume de bois de 4,8 mètres cubes soit piège 4 320 kg de CO2 par unité de chambre étudiante de 18 m², il piège 250 kg de CO2 par m² surface, ce qui représente l'équivalent de 25 ans de consommation du bâtiment.

En prenant en compte la réduction des émissions équivalentes kg CO2 pour les phases construction / entretien / recylage plus le stockage de carbone dans le bois de construction en kg CO2 :

Les émissions de gaz à effets de serre sont réduites de 43 % par la construction d'un bâtiment en modules Dhomino par rapport à un bâtiment traditionnel pour les phases construction plus exploitation pendant 50 ans.

Ramenées à une durée de 30 ans (construction plus exploitation), la diminution des émissions de GES en équivalent kg CO2 est de 54 %.

 

Pour aller plus loin : Guide méthodologique de l'ADEME : "BILAN CARBONE aplliqué au bâtiment"